Atomica

L'Atomica : une chenille de 1932, d'un diamétre plus petit que ses consoeurs construite elle aussi comme le circuit des neiges l'Alaska par Mr Grattepanche avec une déco sur les annees 60 et le théme des "yéyés". En dehors de l'Idéale Chenille qui ne se montre que 2 fois par an et ne parcourt plus les routes de la région, l'Atomica est à ce jour la dernière chenille à capote qui tourne encore dans le Nord-pas-de-Calais, allant du valenciennois à l'Avesnois, en passant par l'Aisne et la région arrageoise!

Elle à en prime le privilége d'avoir un tunnel et était autrefois plus connue sous le nom de "Ronde fleurie", de "Cosmos" ou encore de "Flipper".

Les voitures au nombre de 18, plus petites qu'à l'ordinaire sont entiérement démontables et sont munies à l'arriére de roues de vélo faisant office de systéme de fermeture de la capote.

 
Leurs banquettes en bois est recouverte de simili clouté dans le style d'époque!
 
 
 Le comptoir de la caisse est encore aujourd'hui à l'éfigie d'Elvis qu'on retrouve évidemment un peu partout dans la déco rock'n roll du métier!
 
 
La caisse en elle même est entiérement démontable et encore d'origine et des plus sommaire comme c'était le cas sur ces métiers d'époque : sans même de vitrages ni de porte.
  
 
Une vue de l'intérieur du manége avec la caisse et son propriétaire fort sympathique qui n'hésite pas à user de son micro pour attirer la foule!
 
 
L'intérieur de la toiture toute de bois avec son lanterneau donnent tout le charme à ce genre de chenille mais trés désagréable en therme de montage pour celui qui doit se hisser en haut du mât!
 
Et voici donc le lanterneau vu de l'extérieur...
_
 
Il a d'ailleurs récemment recouvert une bâche à ses dimensions, retrouvant ainsi son charme d'antan!
 
 
 Le décor occultant la partie tunnel est évidemment dans la thématique du reste du métier, avec certains de personnages en relief!
 
 
Comme sur d'autres chenille Grattepanche (notamment l'Alaska), un atout décoratif était évidemment les arcades qui faisait le tour du manège, toutes différentes les unes des autres et toujours dans la thématique du métier biensûr!
 
 
Et c'est parti pour un petit tour dans le tunnel qui est lui aussi décoré d'arcade comme le reste du kiosque de l'Atomica!
 
 
Le charme de ce type de chenille c'est évidemment la capote qui se déploie quand le métier est lancé à pleine vitesse! 

Quelques années en arrière, d'autres chenilles couvertes faisaient concurrence à l'Atomica, notamment le fameux Sahara, ou encore le St Tropez. Celles-ci ayant malheureusement disparues, raison de plus pour ne pas manquer la dernière de cette génération qu'on a encore la chance de trouver sur les fêtes du Nord!

Une vue sur la décoration des arcades de la toiture dans le style typiquement Grattepanche sur le théme des vedettes des années 60, Elvis, Tina Turner cotoient Sheila, Johnny,Sylvie Vartan et d'autres "yéyés" de cette époque!
 _

Et voici l'occasion de la découvrir de derrière, avec sa bâche de tunnel.

En 2011, l'Atomica aura subit aussi une belle restauration, mais qui au passage aura fait disparaitre certains de ses dessins d'époque...

La caisse du métier n'aura pas non plus été épargnée, récupérant en contrepartie un sérieux coup de jeune! 

Si le camion avait autrefois 2 porteurs, un seul et même convoi suffit à le transporter aujourd'hui : il s'agit d'une large semi à col de cygne et au toit bâché, emmenée par un tracteur Scania.

Le centre du métier avec la mécanique prend place derrière la semi, comme c'était le cas autrefois pour des métiers similaires comme le St Tropez par exemple.

Ces métiers assez anciens n'étaient pas monté sur des remorques articulées comme ce fut le cas pour l'Alaska. Tout était entièrement démontable et rangé dans les camions. La mécanique restant l'élément le plus lourd et le plus encombrant, il était normal qu'elle voyage de façon indépendante sur une petite remorque.

Passons à la phase montage. On voit bien que la semi suffit amplement au chargement du métier qu'il va falloir à présent assembler pièce par pièce...

Tout part donc de la remorque du centre. Elle est dans un premier temps allégée de ses roues et se retrouve au centre de l'emplacement. A partir d'elle part toute la semelle du manège...

A ce stade, chevalets et rails sont déjà intégralement montés. Bientôt les poteaux et les panneaux viendront cacher ce qui constitue le squelette du manège...

Quelques bras du manège reposent dans l'herbe en attendant que d'autres éléments puissent sortir du camion...

Le comptoir, qu'on reconnaît à son magnifique Elvis, a elle aussis été dachargée et attend, entourée de deux hauts parleurs. Elle aussi attend sa place sur le métier ; installation qui n'est pas prête d'arrivée vu qu'on est encore au tout début du montage!

Les poteaux viennent se greffet à chaque extrémité des chevalets. A ce stade, la forme du métier commence à se dessiner sérieusement...

Et voici donc le kiosque une fois que le montage a bien avancé... Cela nous permet de découvrir sa superbe toiture en bois avec échelle permettant d'acceder au sommet, une vision peu courante de nos jours qui rappelle celle de l'Alaska à une autre époque... Pour les personnes qui souffrent du vertige, s'abstenir!!!

Et voici donc le voici à quoi ressemble la charpente du manège d'un peu plus près, avec une vue sur son lanterneau et l'échelle originale intégrée au toit! 

Aux extrémités de la semelle, les 3 bosses de l'Atomica se dessinent très nettement avec le rail que les planches suivent tout autour du manège.

Avec ses photos prises en montage il y a déjà quelques années, c'est l'occasion de pouvoir admirer une dernière fois le métier avec ses anciennes décorations...

L'Atomica n'en est évidemment pas à son premier coup de peinture, car depuis près de 80 ans d'existence, elle a connu de nombreuses thématiques et couleurs avant ce style Rock-n Roll qui est celui des 3 dernières décennies de sa longue carrière...

En plus de l'enseigne qui prend place sous la charpente, devant le décor, le nom du métier se retrouve sur une autre enseigne lumineuse, juste au dessus de la caisse.

Et voici donc les fameuses voitures qui s'assemblent pièce par pièce entre chacun des bras de la chenille. Une vision d'autan plus rare aujourd'hui étant donné que la majorité de ces manèges ont hélas disparus...

Textes  : Didier M. et Julien M. 

Photos : Didier M., Philippe C. et Julien M.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×